Fondation & Vision

Eddy Bruno Esien, BSc (JKU); MMSc (JKU); MA.

EddyBrunoEsien Moi, le fondateur et le président de HIBA, je suis né à Cameroun (à la ville Kumba) et j’habite à Linz. Pendant mes visites à Cameroun, chaque fois j’ai pu m’assurer de la simplicité des gens, mais aussi du manque materiel, particulièrement aux écoles et dans les institutions éducationelles. Après mon baccalauréat, je suis venu à Linz pour étudier. Au moment, je travaille comme entraîneur pour des adolescents, comme sociologue indépendent – evaluateur, et « Casemanager » . Maintenant, je suis en train d’écrire mon mémoire sur le sujet: NEET adolescents – „Not in Education, Employment or Training“, ca veut dire « Pas dans une education, un job ou un entraînement ». Kumba est à la Sud-Ouest province, une de 10 provinces à Cameroun. La ville Bai Bikom, qui travaille avec notre association, est ca. 20 kilometre de Kumba. C’est une ville petite, dominée par l’agriculture, qui manque l’infrastructure. Depuis quelque temps je soutiens les gens la bas avec des dons en nature. Chaque fois quand je viens à Cameroun, j’ai des extra valises pour les gens avec des matériels scolaires. À la ville il y a aussi la maison du ranch et les deux farms de cacao, qui j’ai hérité de mes parents et qui ma famille dirige avec 4 manœuvres. Quelques inhabitants de la ville travaillent aussi chez nous à la ranche. Ce travail n’est pas plein-temps, mais c’est le travail saisonel pour le temps de la récolte. C’est pourquoi ce n’est pas possible de payer ces gens assez, avec quoi ils pouvraient payer les frais de scolarité ou les matériels scolaires pour leurs enfants. En plus, la ville est très isolée et pendant la saison des pluies c’est difficile à atteindre. Les articles d’usage courant, qui sont évidemment pour nous, ne touchent pas la ville. Depuis longtemps, je voulais soutenir les gens dan la ville. Pendant mes visites, chaque fois j’ai réalisé que les gens sont heureux, mais ils manquent des choses fondamentelles. J’ai parlé aux inhabitants de la ville, et j’ai vu qu’ils ont besoin de l’aide pour developper la ville et la communauté. Ces impressions m’ont motivé pour fonder „HIBA“. C’est important pour nous de ne pas seulement donner des choses ou de l’argent à Bai Bikom. Nous voulons lancer des initiatives qui les gens comprennent, qu’ils veullent continuer seulement. Il faut que les souhaits des gens sont centrals, et pas les intentions des donneurs. Nous voulons faire une cooperation avec les gens et les institutions locals. Le premier projet de l’association était la construction d’une école avec la communauté de Bai Bikom.

Sharing is caring...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *